Célébrons la spiritualité

En quarante matins de pratique spirituelle, votre conscience connaîtra un éveil à la mesure de celui d'un foetus en 9 mois. - Rumi


    Célébration : Jours 16 et 17

    Partagez
    avatar
    Catherine

    Nombre de messages : 113
    Age : 51
    Localisation : France - Puy de Dôme
    Date d'inscription : 14/01/2009

    Célébration : Jours 16 et 17

    Message  Catherine le Dim 1 Fév - 3:41

    Bilan des deux dernières journées : intention réalisée

    journée 16 : je me suis levée très fatiguée vendredi, je n'avais pas beaucoup dormi et je ne pensais qu'à l'incinération de Raoul qui devait avoir lieu en début d'après midi. je me suis donc installée sur mon tapis, déterminée à faire une méditation, je me suis allongée (par recommandée je le sais mais...) et en fin de compte je me suis aperçue que j'étais vraiment trop fatiguée et je suis allée me recouchée.
    J'ai réalisé mon intention en rentrant de la cérémonie. J'ai commencé par une 1/2 h de yoga, suivi d'une 1/2 de pilates, suivi d'un 1/4 de yoga, je suis partie travaillée et en fin de soirée j'ai terminé par 1/4 de yoga (étirements et relaxation) et 15 minutes de méditation. Je n'ai pas eu l'impression d'avoir trop demandé à mon corps mais je pense que j'ai dû être exigeante car samedi mon corps m'a rappelé les efforts de la vieille. Concernant la méditation, j'ai repris le cercle de lumière d'amour d'une durée d'environ 20 minutes. La veille au soir, j'avais bien ressenti cette méditation pendant 10 minutes puis sur les 5 minutes suivantes j'avais du faire de grandes inspirations et expirations pour tenir.
    Ce soir, j'ai fait les 15 minutes sans trop de problème, quand j'ai arrêté la séance j'étais vraiment persuadée d'être allée plus loin que la veille mais le temps indiqué me disait le contraire. C'est donc le ressenti des 5 dernières minutes qui a beaucoup changé. Marie-lou était avec moi, vous étiez avec moi, et une chaleur immense se dégageait de nous.
    Pour les méditations assises sur une chaise, j'ai choisi de les faire dans un fauteuil du salon, qui se trouve non loin de mon tapis. Cela a l'avantage qu'il est à côté d'autres fauteuils, en face du canapé, le tout faisant un ovale. Cela m'aide beaucoup au départ de la méditation du cercle de lumière, car si au début je vous visualise dedans, ils disparaissent au fur et à mesure que la méditation avance.
    Quand Gaëlle nous avait donné le lien avec ces 4 méditations sur l'amour, je les avais téléchargé en me disant que je les ferai plus tard car je ne me sentais pas prête à le faire. Je sentais que c'était un autre stade de la méditation. Et je ne me suis pas trompée, elle est vraiment plus dure que celles propose forcemajeur.com Mais quand Gaëlle m'a envoyé le message où elle me disait qu'elle avait intégré Mari-lou et moi-même dans le cercle, je voulais savoir ce que cela voulait dire. j'ai dépassé ma peur de faire une méditation sur l'amour (car là je pense que c'était une peur) et je ne le regrette pas. C'est dur mais, je ne sais comment expliquer, mais cela apporte une certaine paix.

    Journée 17 : j'ai commencé la journée par la méditation sur le cœur. cette méditation que j'avais déjà fait auparavant est assez courte (10 minutes) et que Betty me recommandait de refaire, a également évolué.
    La première fois, je me souviens qu'elle s'était bien passée malgré le fait que j'avais eu une petite douleur en dessous des côtes et que je n'avais pas ressenti mon cœur. mais j'étais rentrée entièrement dans cette méditation. Hier matin, j'ai ressenti beaucoup de bien être, j'ai perçu légèrement les battements du cœur, je m'en rapproche je le sens.
    Ensuite j'ai fait la séance de yoga de Gaëlle du samedi sur le son des bols chantants.
    Hier soir, séance de Maryse pour le dos... je sentais tous les muscles de mon dos hier et je me suis dit qu'il fallait faire quelque chose. puis pour la méditation, j'ai pris celle de l'anti-douleur.
    Cette méditation m'a fait penser à un exercice de théâtre que l'on m'avait demandé de faire lors d'un stage avec Yves-Jacques Bouin.
    L'exercice était le suivant : Allongé, nous avons fait une légère relaxation, puis Yves-jacques Bouin nous demanda de pleurer en repensant à un moment de tristesse pour amener les pleurs. Certaines personnes y sont arrivées rapidement. je me souviens que je me suis dit que jamais je n'y arriverai. et puis je me suis concentrée, j'ai pensé à quelque chose qui pourrait me rendre triste (car à l'époque je devais avoir 23 ans et il ne me semblait pas avoir en moi un évènement assez fort pour amener les pleurs sur commande donc j'ai créé un évènement où la peine serait sans aucun doute présente). J'ai imaginé la mort de mon père (il est toujours en vie à ce jour à l'age de 88 ans et il est en pleine santé). Les larmes sont arrivées petit à petit.
    Après la tristesse, ce fût un moment d'intense bonheur qu'il fallait vivre.
    A la fin de cet exercice qui a duré à peine une heure en tout, je me suis trouvée complètement vider.
    Hier soir, il en fut un peu pareil. Les larmes sont montées mais ensuite ce fut un havre de paix qui habitait mon corps.

    Je vous souhaite une excellente journée.

    Amicalement,

    Catherine

      La date/heure actuelle est Ven 24 Nov - 8:59